Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de arnaud.coutant.over-blog.com
  • : Ce blog présente les articles et ouvrages d'un enseignant-chercheur en Droit public. Il fournit également des références bibliographiques concernant différents domaines juridiques.
  • Contact

Recherche

29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 07:53

Fréquemment, l'histoire américaine est abordée à partir des écrits fédéralistes; la constitution américaine apparaît comme une construction voulue par quelques grands acteurs de l'histoire américaine. Il s'agit d'une vision partielle et partiale. Aujourd'hui, la redécouverte de l'Amérique constitutionnelle est rendue possible par la diffusion des écrits des opposants à la constitution fédérale. Ces antifédéralistes n'ont pas seulement marqué les débats constituants de 1787; ils ont aussi influencé l'histoire américaine dans les décennies suivantes. L'ouvrage de Cornell permet de mieux comprendre le compromis de Philadelphie et sa signification pour la jeune Amérique.

 

theothersfounders

 

 

 

 Saul Cornell, The Other Founders: Anti-Federalism and the Dissenting Tradition in America, 1788-1828 , The University of North Carolina Press , 1999, 352 p.; 978-0807847862

www.amazon.fr

Partager cet article

Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 06:59

La constitution américaine date de 1787. Sa longévité s'explique en grande partie par son interprétation aisée et par son adaptabilité. On peut consulter aujourd'hui aisément les débats qui ont présidé à sa rédaction et qui ont accompagné sa ratification.

Deux volumes permettent de se rendre compte de la complexité des discussions; ce texte est un compromis entre deux factions rivales. Les deux ouvrages présentés ici contiennent de nombreuses interventions favorables ou non à la ratification; leur lecture conduit à poser un regard différent sur la plus ancienne constitution écrite actuellement en application.

 

debate1

 

 

 

 The Debate on the Constitution: Federalist and Antifederalist Speeches, Articles, and Letters During the Struggle over Ratification, Part One/September 1787/ February 1788

 

 

debate2

 

 The Debate on the Constitution: Federalist and Antifederlist Speeches, Articles, and Letters During the Struggle over Ratification, Part Two/January/ August 1788

 

 

www.amazon.fr

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 12:16

L'accès aux sources est l'un des premiers problèmes de la recherche.

Dans cette perspective, lorsqu'on s'intéresse au droit américain, certaines publications sont incontournables. Placés sous l'égide de la Library of America, les ouvrages en question facilitent l'accès à certains documents. Les discours les plus célèbres ont ainsi été reproduits dans deux tomes :

 

TOME 1

 

speeches1

 

 

 Public speeches have profoundly shaped American history and culture, transforming not only our politics but also our language and our sense of national identity. This volume (the first of an unprecedented two-volume collection) gathers the unabridged texts of 45 eloquent and dramatic speeches delivered by 32 American public figures between 1761 and 1865, beginning with James Otis's denunciation of unrestrained searches by British customs officials-hailed by John Adams as the beginning of the American Revolution-and ending with Abraham Lincoln's Second Inaugural Address. Rich in literary allusions, vivid imagery, and emotional appeals, political oratory flourished during this period in Congress and at campaign rallies, public meetings, and reform conventions, and reached a wider audience through newspapers and pamphlets.

Included are Patrick Henry's "liberty or death" speech, George Washington's appeal to mutinous army officers, and Henry Lee's eulogy of Washington. Speeches by John Randolph and Henry Clay capture the political passions of the early republic, while three addresses by Daniel Webster-his first Bunker Hill oration, his second reply to Hayne, and his controversial endorsement of the Compromise of 1850-demonstrate the eloquence that made him the most renowned orator of his time.

Speeches by figures who did not hold office are included as well: union leader Ely Moore attacking economic aristocracy; woman's rights speeches by Elizabeth Cady Stanton and Sojourner Truth; Henry Highland Garnet's incendiary call for slave rebellion; Frederick Douglass's scathing "What to the Slave Is the Fourth of July?" John C. Calhoun's defense of slavery, Charles Sumner's "The Crime Against Kansas," Alexander Stephens' "Corner-Stone" speech, and several speeches by Abraham Lincoln reflect the sectional conflicts that culminated in the Civil War. Each volume contains biographical and explanatory notes, and an index

 

 

TOME 2

 

speeches2

 

 

 

 Public speeches have profoundly shaped American history and culture, transforming not only our politics but also our language and our sense of national identity. This volume (the second of an unprecedented two-volume collection) gathers the unabridged texts of 83 eloquent and dramatic speeches delivered by 45 American public figures between 1865 and 1997, beginning with Abraham Lincoln's last speech on Reconstruction and ending with Bill Clinton's heartfelt tribute to the Little Rock Nine. During this period American political oratory continued to evolve, as a more conversational style, influenced by the intimacy of radio and television, emerged alongside traditional forms of rhetoric.

Included are speeches on Reconstruction by Thaddeus Stevens and African-American congressman Robert Brown Elliott, Frederick Douglass's brilliant oration on Abraham Lincoln, and Oliver Wendell Holmes's "touched with fire" Memorial Day Address. Speeches by Robert Ingersoll and William Jennings Bryan capture the fervor of 19th-century political conventions, while Theodore Roosevelt and Carl Schurz offer opposing views on imperialism. Ida B. Wells and Mary Church Terrell denounce the cruelty of lynching and the injustice of Jim Crow; Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton, and Carrie Chapman Catt advocate the enfranchisement of women; and Woodrow Wilson and Henry Cabot Lodge present conflicting visions of the League of Nations.

Also included are wartime speeches by George Patton and Dwight Eisenhower; an address on the atomic bomb by J. Robert Oppenheimer; Richard Nixon's "Checkers Speech"; Malcolm X's "The Ballot or the Bullet"; Barry Goldwater's speech to the 1964 Republican convention; Mario Savio urging Berkeley students to stop "the machine"; Barbara Jordan defending the Constitution during Watergate; and an extensive selection of speeches by Franklin Roosevelt, Martin Luther King, John F. Kennedy, and Ronald Reagan.

 

 

 À la lecture de ces différents travaux, c'est une histoire américaine vivante et marquée par des personnalités majeures qui surgit. Les grandes thématiques juridiques sont autant d'occasions d'affrontements entre des figures historiques qui par leur position ont contribué à édifier l'actuel système américain.

 

www.amazon.fr

Partager cet article

Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 13:56

 

Ce livre en deux tomes est devenu, à juste titre, un classique aux Etats-Unis.

 

Il renouvelle le regard posé sur la démocratie américaine.

 

Un incontournable pour qui veut comprendre la pensée américaine récente!

 

 

 

ackerman1

 

 

 From distinguished legal scholar Ackerman (Law & Political Science/Yale; Reconstructing American Law, 1984, etc.)--an original and insightful study of the theoretical and historical evolution of the Constitution, and its meaning in modern times. Ackerman creates analytical categories that define both America's distinctive constitutional system and its transformative constitutional experiences. He says that while the American democratic system borrowed much from European theory, Americans have created a novel constitutional system that, unlike the British or German models, distinguishes between two types of politics. In ``normal politics,'' a politically disengaged populace permits interest groups to lobby democratically elected representatives while the representatives make policy, and in ``constitutional politics,'' society mobilizes to debate matters of fundamental principle. Ackerman sees three great transformative movements of constitutional politics--the establishment of the basic framework in the 1780's, the reforms of the Reconstruction Republicans in the 1860's, and those of the New Deal Democrats in the 1930's (who effected their sweeping reinterpretation of the Constitution by means of seminal Supreme Court decisions rather than by Constitutional amendments). Each of these movements, the author says, was characterized by legal creativity bordering on illegality (the framing of the Constitution did not use the amendment process of the then-regnant Articles of Confederation, and the Thirteenth and Fourteenth Amendments did not use the amendment process of Article Five of the Constitution), but, Ackerman argues, each was an authentic response to political crises of its time and was ultimately legitimized by the people. While Ackerman admires the Constitution, he is not blind to its faults or to its historical and imperfect compromises. However, he calls on private American citizens--those whose concern with government competes with other personal concerns--to work for the fulfillment of its egalitarian promises. A thoughtful, informative, and inspiring introduction to our national bedrock.

 

 www.amazon.fr

 

 

 

ackerman2

 

 

In the second volume in his work We the People (volume I, Foundations, appeared in 1991), a noted Yale legal historian looks at the tangled history of constitutional amendments. Two myths sustain the American people, Ackerman suggests. The first holds that the federal government consistently ignores the will of the people, whose mandate must constantly be pressed against its compromised and uncompromising leaders. The second is that our Constitution is so artfully constructed that changing it, for good or bad, is nearly impossible. Drawing on subtle legal argument and a solid command of history, Ackerman goes on to suggest that although the first scenario may seem to be accurate, the second is certainly not; governments have frequently bent the Constitution to serve their ideological ends. He examines at length the development of the 13th and 14th amendments during Reconstruction, amendments that, under the strictest interpretation of constitutional procedure, should not have been passed, since 10 of the then 37 states refused to ratify it, causing Congress to intervene with martial law in those 10 states, all of them southern. While the Southern governments had forfeited their claim to legitimacy by rebelling, Ackerman writes, the people of the Southern states had not forfeited their right to be counted as constituent parts of the Union. Congressional coercion, then, and not our hallowed system of majoritarian consent, led to constitutional modification. A similar process occurred with much New Deal legislation, save that the New Dealers turned to the people to gain assent to ``a sweeping redefinition of the aims and methods of American government''a redefinition that has given constitutional purists and conservatives fits ever since. To reform the government today, Ackerman believes, supermajority, rather than slim-majority, rule would prevent one party or a chief executive from railroading constitutional changes through Congress. Readers well grounded in constitutional law will find Ackermans arguments fascinating and provocative.

 

www.amazon.fr

 

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:58

droiet

 

Le 1er avril dernier a eu lieu, à la Faculté de Droit et de Science politique de Reims, la quatrième journée des Cahiers Rémois Annuels de Droit et Politique Etrangers et Comparés. Le thème retenu: Droit et littérature.

Je me suis intéressé au mouvement américain qui depuis le début du XXe siècle développe des études sur cette question. Vous trouverez ci-dessous un extrait de cette intervention:

 

Droit et littérature, un mouvement juridique et démocratique.

 En droit français, la logique transversale en matière d'études s'avère relativement restreinte. De fait, les juristes français n'abordent que rarement des analyses concernant d'autres disciplines et les relations que peut entretenir la matière juridique avec ces dernières. De la sorte, l'étude d'un mouvement comme droit et littérature permet de mettre en lumière les différences notables entre l'approche française et la perspective américaine. Dans cette mesure, depuis une dizaine d'années, des universitaires français s'intéressent au rapprochement entre droit et littérature ; des colloques sont même organisés (on peut citer l'un des derniers qui s'est tenu à Paris entre le 25 et le 27 février 2010). Néanmoins, cet intérêt cache mal une approche encore parcellaire puisque, en France, dans la plupart des cas, le rapprochement entre droit et littérature se traduit par une étude des romans comportant une dimension juridique. Le fait que, aux États-Unis, le mouvement ait acquis une ampleur considérable, y compris parmi les praticiens du droit conduit à s'interroger sur les conséquences théoriques de ce rapprochement et la différence existant entre la France et les États-Unis sur ce point. On peut avancer une première hypothèse : l'analyse littéraire du droit est aussi un moyen d'améliorer la lisibilité du Common Law, ce qui naturellement explique son développement aux États-Unis et non en Europe (la Grande-Bretagne exceptée).

Le regard porté sur ce mouvement théorique doit donc avant tout être américain même si la dimension internationale ne peut être ignorée. Pour un juriste comparatiste, le mouvement droit et littérature est un véritable modèle. Né aux États-Unis, au début du XXe siècle, et repris au milieu des années 70, il a connu non seulement une postérité américaine impressionnante, mais également un succès quasi international par l'intégration d’une partie de sa logique dans de nombreux pays. Au regard des premiers développements, on aurait pu s'en étonner.

Deux personnalités s'étaient initialement penchées sur cette question, deux juristes pour être précis. Le premier, John Wigmore, est un enseignant en Droit, né en 1863. Après des études de Droit, il part enseigner au Japon et revient aux Etats-Unis en 1893. Spécialiste de la preuve en droit américain, il analyse le système juridique qu’il connaît et s’efforce d’en souligner les défauts. L’identité du second est encore plus révélatrice de l’importance du mouvement en question : il s’agit de Benjamin Nathan Cardozo, juge à la cour d'appel de New York avant de devenir juge à la Cour suprême. Dès le départ, le mouvement est donc le fait d’un enseignant et d’un praticien.

La poursuite de ce mouvement dans les années 70 avec la sortie de Legal imagination de James Boyd White[1] induit une véritable explosion au sein de nombreuses universités américaines. Les débats se multiplient[2], certains ont d'ailleurs la faveur des médias comme celui opposant Richard Posner et Richard Weisberg. La logique interne à ce mouvement, rapprocher le droit et la littérature, est même reprise par deux juges de la Cour suprême, Scalia et Breyer, qui échangent leurs analyses par livres interposés.

Une telle effervescence ne manque pas de surprendre au premier abord. Au fond, le mouvement en question prône simplement la relecture de romans comportant des éléments de droit. Simple jeu intellectuel ? Loin s'en faut. Cette première conception, défendue par Wigmore, intitulée le droit dans la littérature, n'est qu'un aspect de la question. Cardozo ne tarde pas à compléter cette première vision par une recherche sur le droit comme littérature. On pourrait penser que, dans ce dernier aspect, la question théorique est plus importante et donc plus intéressante. Pourtant, dans les deux cas, on assiste à l'édification d'une véritable théorie du droit. Lire le droit et lire des ouvrages parlant de droit impliquent d'étudier la société qui crée ce droit et dans laquelle il s'applique.

L'idée de Wigmore était déjà de sortir les juristes de leur approche trop professionnalisée et restreinte. La systématisation, à partir des années 70, accompagnée d'une volonté de clarifier (de démocratiser ?) le droit, signifie un questionnement beaucoup plus profond. Les juges sont toujours présents dans cette interrogation mais ils sont rejoints par des universitaires : le droit peut (et doit) être réexaminé (relu pourrait-on dire) dans une perspective démocratique. En franchissant l'Atlantique, l'approche atteint une dimension plus généraliste. De technique liée au Common Law, la double interprétation, littéraire et juridique, passe à moyen de théoriser, de problématiser la réflexion juridique dans son ensemble[3].

Les deux approches, le droit dans la littérature et le droit comme littérature, se nourrissent l'une l'autre sans toujours s'exclure pour renouveler le regard du juriste lui-même sur sa matière. C'est le sens même de la réflexion et de l'action juridiques qui est au cœur de ces nouveaux débats. Peut-on dans ce cas réduire ce mouvement à une simple approche comparatiste ou étrangère ? Assurément non. Derrière un mouvement comparatiste avec tous ses caractères (I), droit et littérature offre aussi un visage politique et juridique majeur en s'inscrivant dans des problématiques démocratiques (II).



[1] James Boyd White, the legal imagination, University of Chicago Press, 1985, 302 p.

[2] Ils sont encore très nombreux aujourd'hui comme le montre le grand nombre de publications : par exemple L. Ledwon, Law and literature : text and theory, Taylor and Francis, 1996, 501 p. ; P. Hanafin, A. Gearey, J. Brooker, Law and Literature, Wiley-Blackwell, 2004, 162 p.

[3] Les ouvrages ne manquent pas : P. Malaurie, Droit et littérature, anthologie,  Cujas, 1997, 342 p. ; F. Ost, Raconter la loi ; aux sources de l’imaginaire juridique, Odile Jacob, 2004, 443 p. ; F. Jongen, M. Verdussen, J. Malherbe, Droit et littérature, Anthemis, 2007, 288 p. ; J.-P. Masson, A. Berenboom, le Droit dans la littérature française, Bruylant, 2008, 431 p. ; A. Garapon, D. Salas, Imaginer la loi, le droit dans la littérature, Michalon, 2008, 302 p. On signalera un colloque récent : Colloque international sur « Droit & Littérature / Théories & Pratiques » du 25 au 27 février 2010 à l’Institut National d’Histoire de l’Art.

Partager cet article

Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 14:22

La politique américaine en Méditerranée,

chronique d’une ambition.

 

 

 

Cet article reprend une intervention faite à Rabat en mars 2009, au cours d'un colloque en cours de publication.

 

Extraits:

"Le 4 novembre 2008, le candidat démocrate, Barack Obama, a remporté l'élection présidentielle américaine. Certes, cette désignation est en premier lieu un événement américain ; ses conséquences politiques et sociales sont majeures en ce qu’elle symbolise une véritable rupture dans une double optique : retour des démocrates au pouvoir après l’ère Bush et première présidence noire de l’Histoire. Néanmoins, il apparaît évident que le changement incarné par cette désignation ne peut pas être sans conséquence pour les autres pays. L'implication majeure des États-Unis dans les relations internationales, les modifications géopolitiques et historique induites par la disparition de la bipolarisation au début des années 90 et les conséquences, à tous niveaux, de la politique menée par le précédent président, républicain, au niveau international fait de cet événement américain un événement à portée potentiellement mondiale.

La présente intervention poursuit un dessein : tout en évoquant les relations entre l'Europe et les pays de la Méditerranée, ce colloque pose plus globalement la question de la place de la Méditerranée dans le monde. Or, l'action des États-Unis dans cette zone géographique s'inscrit dans une perspective singulière et ce au moins à trois niveaux. D'une part, historiquement parlant, les Etats-Unis sont intervenus en Méditerranée soit pour des raisons d'influence générale soit pour des motifs beaucoup plus particuliers. D'autre part, économiquement, la république américaine s'est efforcée de développer des liens privilégiés avec un espace géographique placé au cœur d'une zone d'échanges. Enfin, stratégiquement, la Méditerranée est vite apparue comme une zone clé tant au point de vue militaire (ceci principalement au moment de la guerre froide) qu'au point de vue commercial, la zone en question concentrant un espace immense en matière de ressources et de profits potentiels.

Une quatrième dimension ne peut pas être totalement négligée à la fois parce qu'elle est essentielle et parce qu'elle était caricaturée ces dernières années. Parler d'influence générale ne signifie pas nécessairement volonté d'expansion et de domination ; de ce point de vue, la politique d'influence n'est pas simplement assimilable à une politique de puissance. Or, une autre problématique est venue s'ajouter à la fin de la guerre froide. La disparition du bloc de l'Est, définitive en 1991, a conduit à une reconstruction mondiale autour d'un pôle apparemment unique : les États-Unis. Très vite cependant cette vision s'est avérée erronée puisqu'une planète dotée de multiples pôles a surgi. Deux idées sont donc venues s'ajouter aux trois approches jusque-là traditionnellement défendues : tout d'abord, la victoire sur le bloc soviétique en 1991 a semblé donner à l'Amérique un leadership mondial, la transformant en modèle politique et économique. Qui dit leadership dit systématisation de la politique d'influence. En effet, puisque le modèle américain était sorti victorieux, l'idée de proposer au monde, et particulièrement à certains pays, un modèle politique et économique, c'est-à-dire la démocratie libérale, a commencé à structurer la politique américaine. Cependant, proposer ce modèle a très rapidement soulevé la question de la réalisation, rapide, durable, dans tous les pays. Derrière une intention apparemment louable, on a ainsi pu trouver une volonté non plus de proposer mais d'imposer un modèle comme étant le meilleur. Évidemment, cette nouvelle approche s'est heurtée à des réactions potentiellement hostiles. Dans ce cadre, des théories ont commencé à être édifiées pour identifier un nouvel adversaire, enclin à rejeter le modèle idéal de démocratie libérale. Le discours américain a peu à peu stigmatisé l'axe du mal pour souligner les résistances de régimes nécessairement condamnables puisque hostiles au modèle parfait qui était proposé. C'est dans ce contexte que sont intervenus plusieurs attentats dont celui du 11 septembre, soulignant que cette fois c'était la sécurité des États-Unis qui était mise en jeu. Cette dernière dimension est venue s’ajouter aux précédentes et permet de mieux comprendre l’approche géostratégique des Etats-Unis et plus particulièrement les choix faits en Méditerranée.

C'est donc en se fondant sur ces différents aspects que nous voulons étudier la politique américaine en Méditerranée. Plus spécifiquement, il semble que l'élection de Barack Obama signifie un changement réel dans les choix stratégiques, voire dans le positionnement diplomatique et idéologique, de la république américaine. Assurément, il faut se garder de toute caricature : l'élection du candidat démocrate, pour importante qu'elle soit en ce qui concerne les lignes politiques globales, n'implique pas une révolution dans la perception américaine du monde. Cette intervention a pour but de souligner d'une part l'évident au renouveau incarné par Barack Obama ; dans quelles proportions ce renouveau peut-il toucher la politique à l'égard de la Méditerranée c'est toute la question. Mais dans le même temps on peut souligner que cette politique n'est pas née avec George Bush et s'inscrit donc dans une perspective plus large ; dans ce cas peut-on parler d'une continuité assumée par la politique annoncée pour le moment par Barack Obama ? Ces deux thèmes conduisent à voir certes la fin du projet global défendu par l'administration républicaine, mais non l'abandon d'une politique américaine volontariste en ce qui concerne la Méditerranée."

 

Partager cet article

Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 07:13

 

Cet article reprend une intervention faite au cours

de la troisième journée d'études

des Cahiers Rémois Annuels de Droit et Politique

Etrangers et Comparés.

Consacrée aux grands juristes, cette journée fera l'objet

d'une publication prochainement.

 

extrait:

Si l'on se place sur le terrain du droit étranger, la recherche fait immédiatement émettre un premier constat : le regard que nous posons sur l'histoire et sur la construction juridique d'un autre pays est inévitablement faussé, voire caricatural, en raison d’un désir légitime de synthèse. Dans l'exemple qui nous occupe, la personnalité que nous nous proposons d'étudier a vécu durant la période révolutionnaire américaine. Or, sur ce point précis, notre analyse française est fréquemment trop restrictive, puisqu'elle tend à limiter les débats et leur importance, pour leur préférer une approche plus générale et plus consensuelle. Dans cette perspective, on peut relever dans les ouvrages français quelques éléments sur la période dite fédéraliste, c'est-à-dire entre 1787 et 1800, puis une analyse, certes fouillée et précise, mais au fond orientée, des années 1800 à 1830. Cette relecture, sans être erronée, n’est que parcellaire et rend très imparfaitement compte de la réalité américaine de cette époque. Dans ce cadre, examiner la vie et l'œuvre d'un des acteurs américains implique de revenir sur les détails de cette histoire pour en comprendre toutes les finalités et peut-être aussi tous les silences.

Dans cette optique, sans être totalement inconnu, le nom de James Kent occupe une place restreinte dans la pensée juridique française. Seuls, quelques travaux spécialisés en droit américain l’évoquent, au demeurant dans une dimension souvent historique ou juridictionnelle. Pourtant, il fut un grand praticien, successivement avocat, juge, président, puis Chancelier de la Haute Cour de New York. Il a marqué son époque et surtout contribué à l'essor et au développement d'un véritable droit américain[1]. Mais, Kent est aussi un fédéraliste. Derrière ce dernier terme se cache un des paradoxes de l'histoire américaine. Pour le comprendre, il faut ouvrir une parenthèse et revenir sur les premières décennies de la république d'outre-atlantique.

Né en 1763, Kent voit se dérouler sa carrière au milieu des événements majeurs de l'indépendance, puis de la construction constitutionnelle des États-Unis d'Amérique. Ceci fournit une première explication à son relatif oubli. Pour passer à la postérité, à cette époque, il faut allier une connaissance politique, nécessaire, à une action politique majeure, ce que Kent refuse très tôt. Néanmoins, cette dimension historique à une autre conséquence. Les débats majeurs qui se succèdent impliquent la formation de partis opposés dont l'un est victorieux. Les années 1787-1789 symbolisent, outre le moment constituant américain, l'affrontement entre partisans et adversaires de la nouvelle constitution. Durant les années qui suivent, le théâtre politique retentit d'une nouvelle lutte, cette fois entre partisans d'un pouvoir fédéral fort, presque unitaire, les fédéralistes, et défenseurs d'une relative autonomie étatique, les républicains, surnommés par leurs ennemis les démocrates, en raison du lien de certains d'entre eux avec le peuple et les revendications du suffrage universel. En 1801, la victoire de Jefferson aux présidentielles consacre celles des républicains ; les fédéralistes, toujours présents, vont peu à peu perdre leur soutien et, devenus minoritaires, n’influeront plus réellement sur le cours des événements[2]. La guerre contre l'Angleterre, entre 1812 et 1814, voulue par le président républicain Madison, sera le dernier combat des fédéralistes, pacifistes. Les républicains au pouvoir adoptent au passage une partie de la vision fédéraliste (en développant l'État fédéral), tout en accentuant le lien avec le peuple jusqu'à l'adoption de constitutions étatiques démocratiques. En 1824, le parti républicain démocrate se scinde entre partisans d'un État fort mais limité démocratiquement les républicains, et défenseurs du suffrage universel, les démocrates. Le point culminant de cette évolution est la victoire de ce dernier courant avec l'élection du général Andrew Jackson à la présidence en 1828. Signalons au passage que cette élection marque les esprits aux États-Unis en raison de son contexte. En 1824, Jackson était arrivé en tête à la précédente présidentielle. Cependant, sa majorité étant seulement relative, le choix présidentiel avait été laissé au congrès qui avait préféré le second candidat, pour éviter Jackson. La victoire de 1828 est donc celle des démocrates, c'est-à-dire du suffrage universel.

Ces quelques repères historiques permettent de replacer globalement James Kent dans l'histoire de son pays. Rappelons qu'il est né en 1763, c'est-à-dire dans la colonie anglaise. Il suit des études de droit à Yale et obtient son diplôme en 1781. A cette date, il n’existe pas d’écoles d’avocat. La profession fonctionne sur le mode de la cooptation et de l'apprentissage. Grâce à son père, Kent est accepté dans le cabinet d’Egbert Benson (qui deviendra Attorney General de l'État de New York). Rapidement, il fait ses preuves et intègre le barreau en 1785. Il s'installe à Poughkeepsie, à côté de New York à cette date. Élu membre de la chambre de New York en 1790, il reste jusqu'en 1794. Puis, grâce à des appuis politiques, il occupe le poste de Master in Chancery en 1796, recorder (c'est-à-dire avocat occupant des fonctions de juge) l'année suivante, avant d'être nommé juge à partir du 6 février 1798. Il devient président de la Haute Cour de New York en 1804 et le restera jusqu'en 1814, date à laquelle il est nommé Chancelier de cette même cour. En 1823, il part en retraite forcée, donne des cours de droit et rédige ce qui restera son œuvre majeure, les Commentaries on American Law entre 1826 et 1830. Il meurt en 1847.

Cette rapide biographie met en exergue une coïncidence de dates, le départ de la vie publique et l'arrivée au pouvoir des républicains démocrates, tenants du suffrage universel, avec Jackson. C'est sans doute une explication centrale du relatif oubli qui entoure les travaux et la réflexion de James Kent. Les Commentaires sur le droit américain de Kent sont le résultat d'une expérience juridique, fondée sur un ensemble d'acquis. Leur relecture permet de souligner les deux aspects du travail de Kent : au travers de ces pages, on découvre à la fois un juriste brillant qui a contribué à la naissance d’un droit américain, fondé sur un Common Law revisité (I), et un constitutionnaliste, certes érudit, mais politiquement engagé ce qui a conduit à minimiser cette face de sa réflexion (II).



[1] Sur Kent, un seul ouvrage en langue française , J. de Cazotte, Une révolution réussie, le juge James Kent 1763 1847, à l'aube de la nation américaine, Maisonneuve et Larose, 1995, 310 p. Les travaux américains sont en revanche très nombreux : on citera John T. Horton, a Study in conservatism, 1763-1847, New-York, Appleton-century, pour les ouvrages et un article de Judith S. Kaye, Chief Justice of New-York, « Commentaries on Chancellor Kent », in Symposium Commemorating the Twohundredth anniversary of Chancellor Kent’s Ascension to the Bench, publié par la Chicago-Kent Law Review, 1998, vol. 74, 1. Les publications de sources comportent en particulier les mémoires et lettres de James Kent édités par son fils William, Memoirs and Letters of James Kent, Late Chancellor of the state of New-York, Little Brown Company, 1898, 341 p.

[2] Sur ces questions, J. S. Bassett, Th Federalist System, 1789-1801, BiblioBazaar, LLC, 2008, 360 p. ; J.H. Read, Power versus Liberty : Madison, Hamilton, Wilson and Jefferson,  University of Virginia Press, 2000, 201 p. et B. Mitchell, Alexander Hamilton, The National Adventure, 1788-1804, New-York, The Macmillan Company, 1962, 807 p.

Partager cet article

Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 07:07

 

Cet article reprend une intervention faite aux journées d'études des

Cahiers Rémois Annuels de Droit et Politique Etrangers et Comparés.

Il sera publié dans le volume 2 de ces Cahiers.

 

extraits:

"Ces journées d’études initiées l’an passé ont pour fondement une invitation au voyage. Droit étranger et droit comparé, les travaux livrés ici ont pour dessein de décliner la thématique choisie dans différents systèmes juridiques. J’aimerais toutefois, dans cette intervention consacrée aux Etats-Unis, vous inviter à un double voyage. Au voyage spatial, j’ajouterai un voyage temporel car le sujet choisi, la laïcité, incite à rechercher les fondements de la conception américaine dans un passé aux multiples conséquences encore aujourd’hui.

Avant de commencer, le titre choisi, « la laïcité américaine, l’illusion démocratique », appelle deux remarques. D’une part, le terme de laïcité est expressément lié à la France, la transposition sans changement dans la conception juridique américaine pose un certain nombre de questions. Il s’agit donc de comparer les deux états de droit. D’autre part, l’idée d’illusion démocratique renvoie au cœur même de cette spécificité américaine. En 1639, quand Corneille crée l’Illusion comique, il propose au spectateur une mise en abyme, une pièce dans la pièce. L’auteur donne à voir une réalité qui n’est en fait qu’une illusion pour les spectateurs. En actualisant les recherches sur la laïcité américaine, la même impression domine et préside la présente intervention. L’illusion – ce que l’on voit au premier abord, ce que l’on donne à voir – et la réalité en matière de religion aux Etats-Unis font naître une curieuse résonance. La comparaison avec la France permet de souligner la spécificité américaine sur ce point  précis[1].

En droit français le terme de laïcité revêt un sens particulier et gouverne notre rapport aux questions religieuses en termes de législation. La situation américaine semble identique par certains côtés surtout si l’on s’attarde sur les décisions juridictionnelles récentes (§1). Néanmoins, le présent américain comporte aussi un autre aspect, moins visible peut-être mais tout aussi important. Parce que le passé de la république américaine a entretenu un lien prégnant avec la religion, son présent en conserve encore certaines traces, rendant beaucoup plus incertain le concept américain de laïcité (§2). De la sorte, on pourrait dire qu’à une laïcité proclamée comme respectant la sphère religieuse au nom des droits de tous répond une tolérance américaine face à toutes les religions au nom de la liberté de chacun.

(...)

Ainsi la pièce qui se joue devant nous peut à tout moment changer d’aspect. Les décors présents en coulisses peuvent remplacer le dispositif existant. De surcroît, et cet élément est essentiel, la machinerie censée garantir le bon fonctionnement, la Cour Suprême, est sujette à des revirements majeurs qui viennent modifier profondément la situation juridique. L’illusion est par conséquent parfaite si l’on ne regarde que le décor ; la réalité s’avère beaucoup plus complexe et la garantie juridique fragile…

Dans cette conclusion, j’évoquerai également deux points. Le premier est directement relié au sujet traité et concerne les évolutions potentielles des deux systèmes. Le second est plus général et porte sur la constitution américaine et sa perception.

Tout d’abord, pour en terminer avec la question de la laïcité dans cette approche comparée, j’aimerai simplement soulever la double évolution à laquelle nous sommes en train d’assister. Durant les dernières décennies, l’Amérique a abandonné une grande partie de ses principes religieux pour s’efforcer de concevoir un concept de laïcité relativement neutre. Il faut nuancer cette approche puisqu’elle est partiellement remise en cause par les dernières décisions sans être totalement abandonnée. A l’inverse, de manière générale, la France tend à  nuancer sa conception jusque là neutre et laïque. La nuance ne signifie pas abandon mais peut constituer le premier pas pour un rapprochement du système américain.

Ensuite, je préciserai que l’analyse de cette notion de laïcité me paraît symptomatique lorsque l’on regarde le système américain dans son ensemble. J’aimerais m’attarder un instant sur la constitution américaine et la perception que nous en avons. Il est fréquent de vanter sa stabilité en l’opposant à l’instabilité politique, institutionnelle et constitutionnelle de la France durant les deux derniers siècles. De manière provocatrice, et la notion de laïcité le démontre, je préfère au contraire évoquer l’instabilité américaine. La permanence constitutionnelle dissimule en réalité une réinterprétation constante des principes qui fondent la société américaine. Les institutions varient en fonction des élections et les principes, parce que fondés sur une interprétation jurisprudentielle, dépendent de la couleur de la Cour Suprême. Cet étrange constat explique les particularités du système américain dans son ensemble et rend presque impossible une approche parallèle des deux traditions. Laïcité française et laïcité américaine sont par conséquent très différentes dans leurs fondements parce qu’à la neutralité teintée d’hostilité initiale de l’une répond la tolérance parfois fragile et presque sous-tendue de religiosité de l’autre. Tel n’est pas le moindre des paradoxes de la République de Washington.



[1] Le concept de laïcité a fait l’objet de plusieurs études dans des manuels généraux et de nombreux articles; on soulignera toutefois deux colloques récents: le premier date de 2003; il a été publié dans la revue Tocqueville, 2003/1, vol. XXIV, le second date de 2005, édité sous le titre la Conception américaine de la laïcité , sous la direction d’E. Zoller, Dalloz, thèmes et commentaires.

Partager cet article

Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 08:22

laquièze

 

 

Qu'est-ce que le régime parlementaire, sinon la "responsabilité habituelle du pouvoir" ? La responsabilité gouvernementale est au coeur du parlementarisme, la doctrine publiciste a confirmé ce point de vue, c'est le critère essentiel du régime parlementaire. Plus largement la responsabilité des ministres devant le Parlement renvoie à des relations entre exécutif et législatif qui sont de l'ordre de la confiance et de l'accord.

 

Faire l'étude des origines du régime parlementaire en France c'est en rechercher les débuts et les causes. L'ouvrage du Professeur Laquièze offre une relecture des deux monarchies de 1814 et 1830. En évoquant les pratiques parlementaires sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, l'auteur invite à poser un regard nouveau sur une période fondatrice en matière procédurale et politique.

 

ALain Laquièze, Les Origines du régime parlementaire en France, 1814-1848, P.U.F., Leviathan, 2002, 440 p.

 

Partager cet article

Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 08:35

 

revue tocqueville

 

 

Alexis de Tocqueville numéro spécial du Magazine littéraire, déc. 1986, 236, 98 p.

Antoine A., « Politique et religion chez Tocqueville », R. T., 1997, XVIII, 1, 37-46.

Aron R., « Idées politiques et vision historique de Tocqueville », R.F.S.P., 09 1960, 509-526.

Aron R., « Tocqueville retrouvé », R. T., automne 1979, 1, 8-23.

Assimacopoulou F., « Gobineau commenté par Tocqueville », R. T., 2001, XXII, 2, 197-219.

Assoun P.-L., « Tocqueville et la légitimation de la modernité », in Tocqueville, de la Démocratie en Amérique, Ellipses, 1985, 136-171.

Bacot G., « l’Apport de Tocqueville aux idées décentralisatrices », R. T., XVI, 2, 1995, 187-211.

Ball R. H., « Race in America, three nineteenth century French Liberals as critics of America Proceedings », Annual Meeting of the Western Society For French History, 1, 1973, 268-279.

Benoit J.-L., « Foi, providence et religion chez Tocqueville », Cahiers de philosophie politique et juridique, centre de publication université de Caen, 19, 1991, 119-134.

Benoît J.-L., « Préface », in OC XIV, Gallimard, 1998, 7-31.

Boesche R., « Tocqueville and Le Commerce », Journal of the History of Ideas, 44, 1983, 277-292.

Bourricaud F., « Cotradition et tradition chez Tocqueville », R. T., 1980, II, 1, 25-39.

Bressolette M., « Tocqueville et le paupérisme, l’influence de Rousseau », Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse, juin 1970, XVI, 67-78.

Brogan H., « Une amitié libérale, Tocqueville et Senior », OC, VI, 2, 1991, 15-58.

Brogan H., « Tocqueville and the American presidency », Journal of American studies, volume 15, 1981, 357-375.

Chabot S., « Education civique, instruction publique et liberté de l’enseignement dans l’œuvre de Tocqueville », R.T., 1996, XVII, 1, 211-249.

Chevallier J.-J., « Introduction », OC IX, Gallimard, 1959, 9-35.

Chevallier J.-J., Jardin A., « Introduction », OC III, 1, Gallimard, 1962, 7-32.

Chopin Th., « Tocqueville et l’idée de fédération », R.H.I.P., n° 13, 2001, 73-103.

Dicey A. V., « Alexis de Tocqueville», National Review, 1893, volume XXI, 771-784.

Drescher S., Marshall L. L., « American Historians and Tocqueville’s Democracy », Journal of American History, 55, 3, 1968, 512-532.

Edelberg J., « Justice here ? Alexis de Tocqueville and the Role of the Jury in the American Judicial Process and Republican Democracy », R. T., 1996, XVII, 2, 67-97.

Ewald F., « Chronologie », n° spécial, Magazine littéraire, déc. 1986, 236, 18-23.

Ewald F., « Tocqueville libéralisme et démocratie », Magazine littéraire, déc. 1986, 16-17.

Faguet E., « Tocqueville », R.D.M., 1er février 1894, tome 121, 641-672.

Finkielkraut A., « le Goût perdu de la liberté », R. T., 1997, XVIII, 1, 129-146.

Fredrickson G., « les Notions de race et d’empire dans la pensée libérale : l’héritage tocquevillien », R. T., 2001, XXII, 2, 173-196.

Fritz G., « la Question de l’influence américaine » in la Constitution du 4 novembre…, colloque, E.U.D., 27-52.

Furet F., « la Découverte de l’Amérique » n° spécial Magazine littéraire, déc. 1986, 35-40.

Furet F., « Tocqueville » in Dictionnaire des œuvres politiques par F. Chatelet, O. Duhamel, E. Pisier, PUF, 1986.

Furet F., « Tocqueville et le problème de la révolution française » in Penser la révolution française, Gallimard, 1979.

Gargan E. T., « The Silence of Tocqueville on Education », in a Special Double Issue, « The Making of Frenchmen : Current Directions in the History of Education in France, 1679-1979», Historical reflexions, vol. 7 , n° 2-3, Eté-Automne 1980, 565-575.

Gaulmier J., « Gobineau, la Décentralisation et la revue provinciale », études gobiniennes 1971, 21-68.

Gibert P., « Introduction », OC XV, 1, Gallimard, 1983, 11-47.

Gibert P., « Introduction », OC XV, 2,  Gallimard, 1983, 247-258.

Giovacchini D. et Vannier G., « Tocqueville et les Lumières », in Tocqueville, de la Démocratie en Amérique, Ellipses, 1985, 58-64.

Goyard-Fabre S., « Tocqueville », in Philosophie politique, XVIe-XXe siècles, P.U.F., 1987.

Guellec L., « Tocqueville à travers sa correspondance familiale », R. T., 1998, XIX, 2, 181-199.

Jacques D., « Tocqueville et le problème de la clôture politique », R. T., 1998, XIX, 2, 201-219.

Janet P., « Tocqueville et la science politique au XIXe siècle », R.D.M., 1er juillet 1861, 34, 101-133.

Jardin A., « Tocqueville, Beaumont et le problème de l’égalité des races » in l’idée de race dans la pensée politique française contemporaine, CNRS, 1977, 200-219.

Jardin A., « l’Homme politique », n° spécial, Magazine littéraire, déc. 1986, 236, 47-51.

Jardin A., « Introduction », OC III, 2,Gallimard, 1985, 11-29.

Jardin A., « Introduction », OC III, 3,Gallimard, 1990, 9-35.

Jardin A., « Introduction », OC VIII, 1, Gallimard, 1967, 9-42.

Jardin A., « Introduction », OC XI,  Gallimard, NRF, 1970, I-XXVIII.

Jardin A., « Note critique sur l’Ancien régime », OC II, 2, Gallimard, 1980, 7-26.

Jardin A., « Tocqueville et Montalembert », in Hommes, idées et journaux, Mélanges Guiral, Publications de la Sorbonne, 29, 1988, 123-134.

Jaume L., « Tocqueville et le problème du pouvoir exécutif en 1848 », R.F.S.P., 12 1991, tome XLI n°6, 739-755.

Kahan A., « Tocqueville’s two Revolutions », Journal of the History of ideas, oct. 1985, 585-596.

Kerr A. P., « Préface », OC XVIII, Gallimard, 1983, 11-23.

Lacam J.-P., « Tocqueville pédagogue de la démocratie libérale », Ecoflash Mensuel d’informations économiques et sociales, n° 107, avril 1996, 1-4.

Lahmer M., « 1848 versus 1787 : l’opinion dissidente de Tocqueville sur la balance des pouvoirs », R. T., XXIII, 1, 2002, 131-153.

Lamberti J.-C., « De Constant à Tocqueville », Revue France forum, avril-mai 1983, 203-204, 19-26.

Lamberti J.-C., « Tocqueville et la Constitution de 1848 », Revue commentaires, printemps 1984, 141-151.

Lanzac de Laborie L. de, « l’Amitié de Tocqueville et de Royer-Collard », R.D.M., juillet-août 1930, tome LVIII, 876-911.

Laquièze A., « le contrôle de constitutionnalité de la loi aux Etats-Unis vu par les penseurs libéraux français du XIXe siècle », in Aux origines du contrôle de constitutionnalité XVIIIe-XXe siècle, Panthéon-Assas, 2003, 85 et suiv.

Laquièze A., « la décentralisation chez les libéraux de la première moitié du XIXe siècle, in Décentraliser en France, colloque, François-Xavier de Guibert, 2003, 49 et suiv.

Laski H. J., « Introduction », OC I, 1, Gallimard, Paris, 1961, IX-XL.

Lavau G., « le Penseur de la modernité », n° spécial, Magazine littéraire, déc. 1986, 24-28. 

Lawler P. A.,  « Tocqueville on place of liberal Education in a Democracy » , Revue Liberal Education, n°69, 1983, 301-306.

Lee D.J.C., « Introduction à la correspondance américaine », OC VII, Gallimard, 1986, 9-20.

Lefebvre G., « Introduction à l’Ancien régime », OC II, 1, Gallimard, 1952, 9-30.

Lesourd J.-A., « Introduction », OC XIII, 1, Gallimard, 1977, 11-28.

Loménie L. de, « Publicistes modernes de la France : Alexis de Tocqueville », R.D.M., 15 mai 1859, 402-428.

Mayer J. P., « Alexis de Tocqueville, a commentated Bibliography », Revue internationale de philosophie, XIII, 1959, 350-353.

Mayer J. P., « Introduction », OC VI, 1, Gallimard, 1954, 9-19.

Mayer J. P., « Matériaux pour une histoire de l’influence de l’Ancien régime » in L’Ancien régime et la révolution, Gallimard, 1982 (1ère 1964), 13-42.

Mélonio F., « le Droit au travail ou le travail de l’utopie », in la Constitution du 4 novembre…, colloque, E.U.D., 2000 ; 203-216.

Mélonio F., « Introduction », OC XVI, Gallimard, 1989,  7-29.

Mélonio F., « Un libéral d’une nouvelle espèce ? », Magazine littéraire, déc. 1986, 236, 28.

Mélonio F. , « Tocqueville », in l’Ancien régime et la révolution, Flammarion, 1988, 7-37.

Mélonio F. & Queffelec L., « Tocqueville et l’Europe », OC VII, 1986, 255-278.

Mélonio F., « Tocqueville et les malheurs de la démocratie américaine », Revue Commentaires, été 1987, 381-389.

Mélonio F., « Tocqueville, un ralliement sous la deuxième République » in Révolution et République…, colloque, Kimé, 1994 ; 580-593.

Mélonio F. , « les Tribulations du libéralisme en France », R. T., XVII, 2, pp. 3-17.

Monconduit F., « Liberté et égalité dans la pensée d’Alexis de Tocqueville », in Le Pouvoir, Mélanges Burdeau, LGDJ, 1977 ; 315-332.

Monconduit F., « Tocqueville : la décentralisation, impératif démocratique », l’Objet local, colloque, Union générale d’édition, 10-18, 1977 ; 28-36.

Monnier L., « Introduction », OC XII,  Gallimard, 1964, 7-26.

Nantet J., « l’Attitude de Tocqueville à l’égard d’une éventuelle séparation des Eglises et de l’Etat », Revue des travaux de l’académie des sciences morales et politiques, 1967, 2nd semestre, 23-33.

Nolla E., « la Démocratie ou le livre fermé », R. T., 1997, XVIII, 1, 17-28.

Perrot M., « le Premier pénitencier de l’univers », Magazine littéraire, déc. 1986, 32-35.

Perrot M., « Tocqueville méconnu », OC IV, 1,  Gallimard, 1984, 7-44.

Pozzi R., « Guizot et Tocqueville face à l’histoire anglaise », R. T., 2001, XXII, 2, 155-172.

Raynaud Ph., « Tocqueville », in Dictionnaire de philosophie politique, PUF, 1996.

Rémusat Ch. de, « De l’esprit de réaction, Royer-Collard et Tocqueville », R.D.M., 15 oct. 1861, 35, 777-813.

Rémusat Ch. de, « l’Ancien régime et la révolution », R.D.M., 1er août 1856, 652-670.

Richter M., « Comparative Political Analysis in Montesquieu and Tocqueville » Comparative politics, janvier 1968, 129-130.

Roll E., « Préface », Tocqueville, OC VI, 2, Gallimard, 1991, 9-11.

Schleifer J., « la Réception américaine », n° spécial, Magazine littéraire, déc. 1986, 40-41.

Thibaud P., « Rousseau-Tocqueville, un dialogue sur la religion », R. T., 1997, XVIII, 1, 47-59.

Tudesq A.-J., « Préface », OC X, Gallimard, 1995, 7-36.

Zemach A.,  « Alexis de Tocqueville on England », Review of politics, XIII, 1951, 329-343.

 

 

Partager cet article

Repost0